Histoire

Contenu de la page : Histoire

Période préhistorique

Il n’existe pas de site reconnu mais la plupart des agriculteurs du village ont, au cours de leurs travaux, ramassé des outils en silex sur le territoire de la commune. A défaut d’une implantation durable, ces découvertes attestent une zone de passages.

Période gauloise et gallo-romaine

Le territoire ne recélait pas de traces de village ou d’habitations antiques. Toutefois la proximité d’une agglomération aussi importante que celle du site de Châteaubleau du Ier au III ème siècles d’une part, la localisation actuelle (mais attestée depuis la période médiévale) d’exploitations agricoles sur des axes parallèles, en des points équidistants et rappelant fortement une cadastration romaine permettent d’imaginer une occupation au moins partielle pour cette période.

Effectivement, à moins d’un kilomètre du bourg, au lieu-dit « Lumigny » des morceaux de poteries et de tuiles ainsi que des traces d’activités d’un artisanat métallurgique ont été trouvée en 1999.

A la suite de la décadence de l’empire romain, les invasions ont freiné l’exploitation agricole et la forêt a repris ses droits, jusqu’a ce que les moines, une deuxième fois, défrichent les territoires de nos villages de La Croix- en Brie, Gastins et Clos- Fontaine.

La plus ancienne mention du village remonterait au début du XIIIème siècle sous la forme « Cruz » puis « Crux in Bria »

Période Médiévale

Diverses monographies font remonter la naissance de La Croix en Brie ( Cruxia in Bria ) à l’année 910 et l’ attribuent à des moines défricheurs bénédictions de la Charité s/Loire de l’ ordre de Cluny. Aucune référence de texte n’est donnée pour étayer cette affirmation. De plus l’ abbaye de La Charité sur Loire ne fut fondée qu’ en 1052. L’année 910 est, elle, l’année de la fondation de l’ordre de Cluny !

Il est plus vraisemblable d’imaginer que des moines défricheurs de St Martin de Tours, solidement implantés au sud de La Croix (Donnemarie, Rampillon et Vanvillé) ont fondé un premier prieuré à la Croix au cours du X ème siècle et qu’ils se sont ensuite "affiliés" à l’ordre de Cluny pour bénéficier d’une plus grande autonomie vis à vis des évêques .

Suite à de graves problèmes financiers les moines de la Charité, effectivement détenteurs des droits seigneuriaux sur la paroisse de La Croix, durent vendre pour éteindre leurs dettes, en 1208 tous leurs biens, église, juridiction, domaine et revenus aux Hospitaliers de St Jean Jérusalem qui installèrent alors une commanderie et accrurent leurs biens jusqu’à 1792, date de la suppression de l’ordre de Malte (qui a succédé à l’ordre des Hospitaliers en 1530).

Période de la Renaissance à l’Ancien Régime

Ce serait vers 1540 que le bourg aurait obtenu de François Ier l’autorisation de se fortifier sous forme de murailles et de fossés. Aucune trace de ces « murailles » ne subsiste, alors que la présence des fossés est, elle, tout à fait avérée et présente sur les plans terriers du XVIIIème siècle. De nombreuses communes de France font état de cette autorisation de François 1er ce qui laisse à penser qu’une ordonnance, valable sur tout le royaume ait été prise pour permettre aux communes de se défendre au moins vis-à-vis des bandes de brigands.

Période de la Révolution à nos jours

En 1793, les biens de l’Ordre de Malte sont confisqués, les exploitations agricoles qu’il possède sont vendues à des particuliers ainsi que le château du Saussoye et la Commanderie.

En 1815 les cosaques occupent le village.

C’est en 1861 que la commune connaît sa plus grande expansion en accueillant 90 habitants.

La fin du XIXème siècle est marquée par deux événements : l’installation d’une école publique et d’une mairie dans des locaux entièrement rénovés du château du Saussoye (1883) et la mise en chantier d’une ligne de chemin de fer dont la voie métrique reliera Bray sur Seine à Sablonnière en passant par Nangis et La Croix-en-Brie.

La commune atteinte par l’exode rural puis les deux guerres mondiales verra sa population fondre tout au long du XXème siècle passant de 702 en 1901à 513 en 1975. Cette décroissance et l’évolution des modes de transport s’est évidemment accompagnée d’une disparition progressive des commerces et activités artisanales.

L’histoire de la commune en quelques dates :

900 : (vers) Installation de moines et création du village

1200 : Composition de la Branche IX du roman de Renart

1208 : Cession des biens de l’ordre de La Charité aux Hospitaliers

1312 : Cession des biens des Templiers aux Hospitaliers

1530 : Ordre Hospitaliers devient Ordre de Malte

1544 : Autorisation pour " fortifier " le village

1792 : Confiscation et revente aux particuliers des possessions de l’ ordre de Malte, (Commanderie, Château du Saussoye , notamment)

1815 : Invasion de La Croix par les Cosaques

1844 : Translation du cimetière

1847 : Création d’ un chemin de grande communication de La Croix à Nangis

1853 : Ouverture d’une école libre de filles

1870 : Arrivée des Prussiens à La Croix

1872 : Installation du bureau de poste

1876 : Première installation d’eau courante (moulin-réservoir).

1881 : Installation du télégraphe

1883 : Le Château du Saussoye devient école

1899 : Création d’un lavoir couvert

1902 : Création d’une ligne de chemin de fer (Sablonnière Nangis Bray sur Seine)

1904 : Démolition de la chapelle St Loup

1908 : Autorisation de destruction d’archives municipales

1936 : Arrêt du transport des voyageurs sur la ligne de chemin de fer

1965 : Suppression de la ligne.

1981 : Suppression du lavoir, transformation en garage, puis salle polyvalente

1990 : Installation d’une nouvelle mairie dans l’ancien presbytère

Portfolio